Il y a un article très intéressant sur le blog de Demain la veille sur l’hyper-connectivité et la course à l’attention et au temps de cerveau disponible. La démultiplication des interfaces et lieux numériques de conversations est un phénomène assez récent commence à prendre de l’envergure : l’épuisement et la fatigue des médias sociaux.

Cette utilisation constante, régulière, du lever au coucher, des différents services génère un sentiment de fatigue, d’ennui et d’épuisement. Un sentiment qui ne s’arrête pas là puisqu’il est lui même générateur d’une forme de pression et de stress : l’attente d’une récompense et d’une reconnaissance, que ça soit à travers un like, un commentaire, un retweet, une réponse, un message, etc. Facebook, Twitter & Co deviennent en quelque sorte un système d’exclusion/inclusion sociale, tout comme l’étaient avant les vestes en cuir et les casquettes/pins dans les cours de récré, ou encore le compte Messenger.


Lire la suite sur le blog de Demain la veille

Source

facilisis quis, mattis diam Praesent id Aliquam odio